nicolecunningham.ch

This Week on teh Interwebs

Paroles de musulmans, parlons de musulmans

Leave a comment

This post was originally written for the Lausanne Bondy Blog in 2009. I am reproducing it here for safekeeping as an author under the Berne Convention
for the Protection of Literary and Artistic Works
. For reposts, you are kindly asked to also seek the permission of the LBB editorial team and credit that site accordingly. For trackbacks and links for citation, always use this link at the LBB.

Il est souvent dit que les musulmans ne s’expriment pas assez sur des sujets les concernant. Depuis les votations, Nicole s’interroge sur ce que elle, et les musulmans de Suisse, auraient pu faire de plus pour “participer” et rendre leurs paroles plus visibles que les voiles et les minarets.

Les musulmans et les minarets ont été tellement commentés ces derniers mois dans les médias, que la majorité des auditeurs, lecteurs ou téléspectateurs, se sont lassés (à vrai dire moi aussi j’en ai un peu marre). Cependant, j’ai été un peu étonnée de lire un article dans les colonnes du Temps le 7 décembre dernier, intitulé “Les musulmans doivent s’exprimer davantage dans le débat public.” Sans remettre en cause le bien-fondé du discours l’auteur de cet article, ni son habilité à parler de ce sujet, j’ai quand même bloqué sur ce titre car il reprend un discours déjà bien rodé aux Etats-Unis. En effet, à chaque fois qu’un incident est commis par les “musulmans”, on nous accuse d’être trop discrets, de ne pas avoir pris de position claire, de ne pas “protester” assez fort, que ce soit en ce qui concerne le terrorisme ou la violence faite aux femmes. Et voilà que ce même discours est repris en Suisse par un expert. Décryptage.

Souvent, les gens pensent que la communauté musulmane est homogène dans sa façln de penser. Dès lors, ils pensent que l’absence d’une remarque signifie une acceptation tacite. Pourtant, le “musulman de base” peut très bien avoir l’avis de Monsieur ou Madame Tout-le-Monde, un avis contraire à celui de son voisin musulman, ou tout simplement pas d’avis du tout. Car les musulmans de Suisse ne représentent pas une communauté homogène. Il est possible qu’ils n’aient pas eu et n’aient toujours pas d’avis particulier sur les minarets. Et peut-être qu’il s’agirait là d’un début d’explication sur l’échec de la votation du mois dernier. Mais est-ce vrai, comme le dit notre expert du Temps, que les individus musulmans ne s’expriment pas par peur d’être mal compris? Dois-je en vouloir aux associations musulmanes qui ne parlent pas forcément pour moi? D’ailleurs, qui parle pour les musulmans? A quels musulmans est donnée la parole? Est-ce Hani Ramadan qui parle pour moi? Non. Amina Wadud (une américaine, la première femme à diriger une prière mixte en assemblée)? Encore moins. Peut-être que les musulmans aussi sont tombés dans la piège de l’homogénéité, quelque part nous n’osons pas afficher nos divergences du moment, ou alors notre avis moins sexy ou provoc’, plus traditionnel que ce qui est normalement accepté par nos communautés.

En réalité, je pense qu’une partie du problème réside dans le fait qu’il y a beaucoup de musulmans en Suisse, faute de nationalité, qui n’ont pas pu voter. Ceci pourrait d’ailleurs être un des enjeux du projet du Vaud concernant le droit de vote des étrangers. Mais est-ce vrai que nous, les musulmans, n’avons pas assez “parlé” avant la votation? Que nous n’avons pas fait un travail de “terrain” assez profond? Je n’en suis pas sûre. Le sujet a été repris, presque trop de fois, dans les médias. Et si ce n’était pas aux “leaders” de la communauté – les imams, les penseurs – c’était au “musulman moyen” que l’on donnait la parole. Ceci à plusieurs reprises, dans la presse suisse et mondiale. Alors peut-on vraiment dire que les musulmans de Suisse n’ont pas assez parlé, qu’on ne leur a pas donné la parole? Ou est-ce plutot que nous n’avions pas dit ce que les gens voulaient entendre?

Lorsqu’elles ne sont pas contestées, les perceptions ont une tendance à devenir plus vraies que la réalité. Il est dommage qu’on percoive les musulmans de Suisse comme étant “trop discrets” alors qu’une blitzkrieg médiatique qui vient de s’achever dit clairement le contraire.

Advertisements

Author: Nicole Cunningham

American Expat and convert to Islam living and working between Lausanne and Zurich, Switzerland.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s