nicolecunningham.ch

This Week on teh Interwebs


Leave a comment

Paroles de musulmans, parlons de musulmans

This post was originally written for the Lausanne Bondy Blog in 2009. I am reproducing it here for safekeeping as an author under the Berne Convention
for the Protection of Literary and Artistic Works
. For reposts, you are kindly asked to also seek the permission of the LBB editorial team and credit that site accordingly. For trackbacks and links for citation, always use this link at the LBB.

Il est souvent dit que les musulmans ne s’expriment pas assez sur des sujets les concernant. Depuis les votations, Nicole s’interroge sur ce que elle, et les musulmans de Suisse, auraient pu faire de plus pour “participer” et rendre leurs paroles plus visibles que les voiles et les minarets.

Les musulmans et les minarets ont été tellement commentés ces derniers mois dans les médias, que la majorité des auditeurs, lecteurs ou téléspectateurs, se sont lassés (à vrai dire moi aussi j’en ai un peu marre). Cependant, j’ai été un peu étonnée de lire un article dans les colonnes du Temps le 7 décembre dernier, intitulé “Les musulmans doivent s’exprimer davantage dans le débat public.” Sans remettre en cause le bien-fondé du discours l’auteur de cet article, ni son habilité à parler de ce sujet, j’ai quand même bloqué sur ce titre car il reprend un discours déjà bien rodé aux Etats-Unis. En effet, à chaque fois qu’un incident est commis par les “musulmans”, on nous accuse d’être trop discrets, de ne pas avoir pris de position claire, de ne pas “protester” assez fort, que ce soit en ce qui concerne le terrorisme ou la violence faite aux femmes. Et voilà que ce même discours est repris en Suisse par un expert. Décryptage.

Souvent, les gens pensent que la communauté musulmane est homogène dans sa façln de penser. Dès lors, ils pensent que l’absence d’une remarque signifie une acceptation tacite. Pourtant, le “musulman de base” peut très bien avoir l’avis de Monsieur ou Madame Tout-le-Monde, un avis contraire à celui de son voisin musulman, ou tout simplement pas d’avis du tout. Car les musulmans de Suisse ne représentent pas une communauté homogène. Il est possible qu’ils n’aient pas eu et n’aient toujours pas d’avis particulier sur les minarets. Et peut-être qu’il s’agirait là d’un début d’explication sur l’échec de la votation du mois dernier. Mais est-ce vrai, comme le dit notre expert du Temps, que les individus musulmans ne s’expriment pas par peur d’être mal compris? Dois-je en vouloir aux associations musulmanes qui ne parlent pas forcément pour moi? D’ailleurs, qui parle pour les musulmans? A quels musulmans est donnée la parole? Est-ce Hani Ramadan qui parle pour moi? Non. Amina Wadud (une américaine, la première femme à diriger une prière mixte en assemblée)? Encore moins. Peut-être que les musulmans aussi sont tombés dans la piège de l’homogénéité, quelque part nous n’osons pas afficher nos divergences du moment, ou alors notre avis moins sexy ou provoc’, plus traditionnel que ce qui est normalement accepté par nos communautés.

En réalité, je pense qu’une partie du problème réside dans le fait qu’il y a beaucoup de musulmans en Suisse, faute de nationalité, qui n’ont pas pu voter. Ceci pourrait d’ailleurs être un des enjeux du projet du Vaud concernant le droit de vote des étrangers. Mais est-ce vrai que nous, les musulmans, n’avons pas assez “parlé” avant la votation? Que nous n’avons pas fait un travail de “terrain” assez profond? Je n’en suis pas sûre. Le sujet a été repris, presque trop de fois, dans les médias. Et si ce n’était pas aux “leaders” de la communauté – les imams, les penseurs – c’était au “musulman moyen” que l’on donnait la parole. Ceci à plusieurs reprises, dans la presse suisse et mondiale. Alors peut-on vraiment dire que les musulmans de Suisse n’ont pas assez parlé, qu’on ne leur a pas donné la parole? Ou est-ce plutot que nous n’avions pas dit ce que les gens voulaient entendre?

Lorsqu’elles ne sont pas contestées, les perceptions ont une tendance à devenir plus vraies que la réalité. Il est dommage qu’on percoive les musulmans de Suisse comme étant “trop discrets” alors qu’une blitzkrieg médiatique qui vient de s’achever dit clairement le contraire.


Leave a comment

LeWeb and the Lay Blogger

This is an English version written for LeWeb ’09 and for which a French version exists at the Lausanne Bondy Blog. I am reproducing it here for safekeeping as an author under the Berne Convention
for the Protection of Literary and Artistic Works
. For reposts of the English version only, you are kindly asked to also seek the permission of the LeWeb editorial team and credit that site accordingly as well as further credit the LBB. For trackbacks and links for citation of the English version only, always use this link. In doubt, original credit should still always point to the Lausanne Bondy Blog.

I am one of the least-specialized of the “official bloggers”. For the Lausanne Bondy Blog, I’ve written about makeup, minarets, and domestic violence. I don’t talk tech. So why LeWeb? What is a general public blogger doing at “the” European tech conference? The answer is simple: the real-time web is now. As a citizen journalist and a blogger, moving forward means being where the news is- be it for a recent vote in Switzerland, or for the recent changes in technology which may affect blogging. So here I am. I came to LeWeb to learn about what this conference means for the end-user, for those of us who need to manipulate and use new technologies, but don’t necessarily need to know all that goes into it.
Back in the early days of the internet, I remember using BBS as a teenager, I remember the Coffee Cam, I remember doing my first web search in 1997…far from being a tekkie, I always wanted to be on top of, and use, the technology of the time. I am the typical end-user. 2010 is no different- I want to know everything about Twitter, Facebook, Pearltrees, and use these tools to better inform myself and be a better blogger. I came away from LeWeb with a few general thoughts confirming my own personal truths about social media and the real-time web in general, and more specifically its role in blogs and blogging.

When blogs first started a few years ago, they were about information. While comments always existed, they were one-sided affairs. But now, blogging is more and more interactive. People tweet posts, they facebook posts and put them on FriendFeed. What used to be a static URL is now transmitted in various iterations by dozens if not hundreds (or thousands of people. Social Media applications and the real-time web have changed the way blogs interact with their readers. But unlike blogs, Twitter and Facebook and the like are ephemeral. A blog page remains searchable months and years after it is published, whereas a Tweet or a status update gets lost in a matter of hours. Twitter being down – or off and on for most of the first hour of Day 1- is proof that blogging is not dead (echoed by @stephtara on many occasion). However, can one simply “blog” in 2010? Because social networks and the real-time web involve a fundamental shift in community and identity which blogs now need to take into account.

Community: I write for Lausanne, about Lausanne, but we have readers all around the world. Our community of readers is not defined by Lausanne’s geography. Maybe for a love of Lausanne, but our presence is worldwide. Social media will only increase this phenomenon. Each of our readers has their own community. So each time I post a link in my facebook feed, my high school friends in Louisiana, my college friends in Canada and in France, who would have never read the LBB otherwise, check out what we have to say. And the phenomenon repeats itself for each of our bloggers and each of our readers, exponentially. Likewise, this worldwide community picks up Lausanne news which previously would have stayed local. For example, a shop in Lausanne just mounted a minaret on its roof, and it was considered newsworthy enough to be picked up by the French site rue89.com, who was likely alerted to this minaret by one of its readers in Lausanne. Social media allows you to interact with static web pages and blogs in a way that was not possible in the early 2000s and gives local news a global reach.

Identity: Social media blurs the lines between our offline and online identities. As Her Majesty Queen Rania said in her keynote, the web is more human than ever before, and personal. But even more so, our thoughts and actions are increasingly online and under our real identites. Ten and fifteen years ago, internet users tried to protect their identities- now we use Facebook and Linkedin under our real names. And this is how we interact with our “communities”, which are no longer tied to where we live, but are instead the ensemble of our experiences- college friends, people met on trains or in meetings, and all this under our real names. The real-time web is no longer an AOL chatroom in 1998. It’s a place where we aren’t afraid to blur public and private personae.

So what does this mean for the Lausanne Bondy Blog in 2010? It’s not my decision to make. Beyond what our community asks of us, I’m just one blogger in the fabulous, heterogeneous, young and multicultural team in Lausanne who will continue to transmit and create the news our community, be it in Lausanne or online, needs.


Leave a comment

LeWeb pour le blogueur lambda.

This post was originally written for the Lausanne Bondy Blog in 2009. I am reproducing it here for safekeeping as an author under the Berne Convention
for the Protection of Literary and Artistic Works
. For reposts, you are kindly asked to also seek the permission of the LBB editorial team and credit that site accordingly. For trackbacks and links for citation, always use this link at the LBB.
An English version exists of this post and can be found on the LeWeb blog here.

Je suis une des moins spécialisées des «blogueurs officiels» pour LeWeb, qui se déroulait mercredi et jeudi à Paris. Dans les colonnes du LBB, j’ai écrit au sujet du maquillage, des minarets, de la violence domestique. Je ne suis pas une tekkie. Alors pourquoi LeWeb? Qu’est-ce qu’un blogueur grand public fait à «la» conférence européenne des nouvelles technologies? La réponse est simple: le web en temps réel c’est maintenant. Comme un journaliste citoyen et blogueur, aller de l’avant signifie être là où l’actualité nous attend, autant pour le dernier vote en Suisse, que pour les récents changements dans le monde de l’informatique. Donc me voici. Je suis venue pour apprendre à “LeWeb” ce que cette conférence peut offrir à l’internaute lambda, celui qui a besoin de manipuler et utiliser les nouvelles technologies, mais qui n’a pas nécessairement besoin de connaître tout ce qui en est fait.

Retour dans les premiers jours de l’internet, je me souviens en utilisant BBS de l’adolescence, j’ai le souvenir de ma première Caméra Café, je me souviens de la première fois que j’ai fait une recherche sur Altavista en 1997 … Loin d’être une geek, j’ai toujours voulu être au point avec, et utiliser, la technologie de l’époque. Dans ce sens, je suis une end-user type. 2010 n’est pas différent – j’ai envie de tout savoir sur Twitter, sur Pearltrees, sur Google Wave et utiliser ces outils dans le but de mieux m’informer et mieux blogger. Je sors de cette conférence avec quelques réflexions générales et strictement personnelles sur les médias sociaux et le Web en temps réel, et plus précisément leurs rôles dans l’avenir des blogs. Car au debut, les blogs étaient plutôt des plate-formes d’information assez partiales, la propriété de ceux qui les écrivaient. Et ceci bien que les commentaires aient toujours existé. Mais maintenant, les articles sont tweetés, mis sur Facebook et FriendFeed. Ce qui était auparavant une URL statique et unique est actuellement diffusée dans diverses itérations par des dizaines sinon des centaines (ou milliers de personnes). Les applications médias sociales et le web en temps réel ont changé la façon dont les blogs interagissent avec leurs lecteurs. Mais à la différence des blogs, Twitter et Facebook sont éphémères. Un article sur un blog reste consultable des mois et des années après sa publication, alors qu’une Tweet ou une mise à jour Facebook se perd en quelques heures. Cependant, peut-on simplement blogger en 2010? Car le web en temps réel et les réseaux sociaux impliquent un changement fondamental dans la perception de la communauté et de l’identité online dont les blogs doivent désormais prendre en compte.

Communauté: j’écris sur Lausanne et pour Lausanne, mais nous avons des lecteurs dans le monde entier. La communauté de nos lecteurs n’est donc pas définie par la géographie de Lausanne en soi – peut-être par l’amour de Lausanne, mais notre présence est mondiale grâce au web. Les médias sociaux ne font qu’accroître ce phénomène. Chacun de nos lecteurs a leur propre communauté. Donc, chaque fois que je poste un lien dans mon flux facebook, mes amis de lycée en Louisiane, mes amis d’université au Canada et en France, qui n’auraient jamais lu le LBB, vont sur le site pour voir ce que nous avons à dire. Et le phénomène se répète pour chacun de nos blogueurs et chacun de nos lecteurs, de façon exponentielle. De même, cette communauté mondiale repère les dernières nouvelles lausannoises, qui auparavant seraient restées locales. Par exemple, un magasin à Lausanne vient de monter cette semaine un minaret sur le toit en protestation contre la récente votation, et cette nouvelle a été jugée d’un intérêt suffisant pour être retransmis sur le site francais rue89.com, qui a probablement été averti de ce minaret par un de ses lecteurs à Lausanne. Les médias sociaux nous permettent d’interagir avec des pages web et des blogs d’une manière qui n’a pas été possible au début des années 2000 et donne aux nouvelles locales une portée mondiale.

Identité: Les médias sociaux brouillent la frontière entre nos identités en ligne et hors ligne. Sa Majesté la Reine Rania a déclaré dans son keynote que le web est plus humain que jamais, et plus personnel. Et de plus en plus souvent, nos pensées et nos actions retransmis en ligne sont sous nos identités réelles. Dix ou quinze ans en arrière, les internautes ont essayé de protéger leur identité, maintenant nous utilisons Facebook et Linkedin sous nos vrais noms. Et c’est une nouvelle façon d’interagir et de communiquer avec nos réseaux, qui ne sont plus uniquement là où on habite, où l’on travaille. Nos réseaux sont dorénavant composés de nos amis d’enfance, de nos collègues, des gens rencontrés en vacances ou lors d’un congrès, et ils se regroupent tous dans chacun de nos réseaux personnels et ceci sous nos “vrais” identités. Le web en temps réel n’est plus un forum de discussion d’AOL en 1998. C’est un endroit où nous n’avons plus peur de mélanger nos personnages publics et privés.

Alors qu’est-ce que tout cela signifie pour le Lausanne Bondy Blog en 2010? Ce n’est pas à moi de prendre la décision. Au-delà de ce que notre communauté de lecteurs nous demande, je ne suis qu’une bloggeuse dans une équipe lausannoise hétérogène, jeune et multiculturelle, qui continuera à transmettre et à créer les nouvelles de notre communauté, que ce soit à Lausanne ou en ligne, en reclame.


Leave a comment

L’intégration des musulmans passe-t-elle par les minarets?

This post was originally written for the Lausanne Bondy Blog in 2009. I am reproducing it here for safekeeping as an author under the Berne Convention
for the Protection of Literary and Artistic Works
. For reposts, you are kindly asked to also seek the permission of the LBB editorial team and credit that site accordingly. For trackbacks and links for citation, always use this link at the LBB.

Drôle d’idée de se prononcer sur les minarets. Les musulmans n’en ont jamais demandé.

Interdire les minarets, est-ce vraiment la solution à “l’intégration” des musulmans de Suisse ? Un pas vers l’égalité homme-femme? L’UDC aurait-elle raison? Le discours autour de l’initiative fédérale reprend un schéma classique couramment utilisé par une partie de la droite conservatrice : une incitation à la haine raciale visant à l’exclusion. À l’approche du 29 novembre, aux musulmans d’en faire les frais. C’est un fait, mais dans un contexte où l’islamophobie est généralisée, le tableau n’est cependant pas si noir ; nous sommes loin de fermer le chapitre de l’Islam en Suisse. Voyez plutôt.

En France, pays où j’ai vecu, un débat semblable a eu lieu dans les années 90, non pas sur les minarets mais sur la construction des mosquées. A la suite des attentats de St-Michel en 1995, les élus ont compris l’avantage de construire des mosquées pour permettre de faire sortir l’islam des salles de prières aménagées dans les caves. Ce qui a pignon sur rue est plus facile à contrôler tout en permettant de montrer un autre visage d’un islam local, qui a sa place dans les institutions. L’étape suivante de ce processus de reconnaissance a été de donner une vitrine officielle avec la création du Conseil Francais du Culte Musulman.

Tous des barbus
Bien que l’Hexagone n’ait de loin pas réglé tous ses problèmes vis-à-vis de sa population musulmane, il a, à tort ou à raison – et j’ai mes propres hésitations sur le CFCM – permis l’émergence d’un “Islam de France”. Voter sur la construction des minarets démontre au moins que les choses bougent, sans vraiment susciter une réelle réflexion sur l’intégration des musulmans. Lesquels ? Les Laïc(que)s ? Les converti(e)s ? Les pratiquant(e)s ? Ceux du Maghreb ? D’Asie du sud-est ou des Balkans ? Eux tous ! Oui, tous ces musulmans au mode de vie incompatible avec la société occidentale. D’ailleurs, rien qu’à voir les affiches, on comprendra que l’on ne parle pas de minarets ou de la société civile, mais des femmes en burqa mal-intégrées, piétinant le sacré drapeau suisse percé de minarets guerriers. Et on ose ensuite crier à la censure.

Tout est question d’intégration
Mais l’intégration, ça veut dire quoi, au juste? J’ai ma propre vision de l’intégration. Dès mon arrivée à Zurich en 2004, j’ai tenu fermement à travailler. Je reste convaincue que le travail est un moteur d’intégration. Les langues et le savoir aussi – je perfectionne mon français, j’apprends l’allemand, je prends des cours du soir – tout pour aller de l’avant et montrer que je mérite ma place ici. Je rencontre et fréquente des Suisses, je ne reste pas “avec les américains” (très courant chez mes compatriotes) ou “avec les musulmans.” J’essaie de comprendre ce pays et ses coutumes et m’y adapter. Que reste-t-il à faire? La société civile ne permet-elle pas un espace de vie où la religion a toute sa place? Ne puis-je pas être musulmane et intégrée? L’UDC me dit que non, je suis trop musulmane.

Et dans ce contexte, comment vivre sa foi ? Une simple croyante n’a pourtant pas besoin de grand-chose pour y parvenir. Le plus important étant de vivre avec pragmatisme et sans chercher la confrontation. Le voile est mal vu au travail? Et bien pour prouver que je ne suis pas en Suisse pour “prendre les allocs”, je travaille sans. C’est l’heure de la prière alors que je suis en train de faire l’apéro avec les amis? Je me cache dans un coin discrètement pour la minute et demi qu’il me faut pour l’accomplir. Le plus important c’est que comme pour toute religion, le désir de chacun et chacune c’est de la vivre sans prise de tête, en accord avec ses principes mêmes non religieux mais aussi en accord avec les règles de la société.

Qu’on soit clair sur les minarets, cela n’est qu’une partie de la tradition architecturale musulmane, la valeur d’une mosquée ne se mesure pas à la taille d’un minaret. D’ailleurs, la plupart des mosquées dans les pays occidentaux sont situées dans des bâtiments reconvertis, alors que la plupart des minarets se trouvent sur les mosquées construites et conçues en tant que telles. Je tiens ici à rappeler que souvent en Occident, ces mosquées conçues spécialement pour être des mosquées sont financées par des gouvernements étrangers (mosquée du Petit-Saconnex par exemple). Encore une fois, peut-être les Français n’ont pas eu tort d’avoir voulu créer un “Islam de France.”

Et la Suisse? Un minaret ou pas à Lausanne, ville où je réside depuis bientôt cinq ans, ne changera pas ma façon de pratiquer ma foi. Mais cela génère un climat malsain encourageant les amalgames, où le minaret, et par conséquent l’Islam, est vu comme une ostentation péjorative et nuisible à la tranquillité suisse. Dans l’émission Forum de la RSR et dans les colonnes du Temps, le Vaudois Jacques-André Haury a pris la parole pour dire que les musulmans devraient se contenter d’être une “religion cadette.” Je ne savais pas que les musulmans de Suisse revendiquaient l’emprise totale du pays. Je ne demande qu’à redevenir adepte d’une “religion cadette”, que l’Islam sorte de ce bocal médiatique. L’initiative ne vise pas les minarets, elle vise plutot “le péril vert”. Donc moi. De prendre les minarets comme message haineux montre bien l’ignorance et le dedain que l’UDC révèle dans ses attitudes provocatrices.

Pour terminer, petite réflexion d’un lecteur américain de Swissinfo : “où est le mal dans les minarets? Si vous avez confiance en votre culture, votre tradition et votre religion, vous ne serez pas menacés par un groupe d’individus qui tente d’introduire sa propre version des choses. Peut-être que ce debat en dit plus sur le déclin annoncé de la culture suisse que sur la montée de la culture musulmane Suisse.”

À moins que ce ne soit le déclin de l’UDC.

(Citation d’origine: “What’s the problem with minarets?” asked one reader in the US. “If you have confidence in your culture, tradition and religion, you’re not threatened by another group trying to bring in its own version. Perhaps this debate says more about the decline of Swiss culture than the rise of Muslim culture in Switzerland…” )